Finance, comptabilité, … tout le cursus professionnel de Manase Andriankototiana a tourné autour et certainement continuera dans ce domaine. Mais nous ne sommes pas entrain de parler de profession mais avant tout de passion.

Passionné, il l’est, intensément, mais il est également  un véritable homme  de « contraste » il  peut rester des heures voire des nuits entières devant l’ordinateur : jeu, photo, film et  gambader dans la forêt en véritable Robinson Crusoe. Et tout cela avec la même passion.  Il a rejoint les rangs des « Tily » mouvements scouts très jeune et ne l’a plus quitté,  une parenthèse de sa vie qui lui a appris qu’il peut y avoir de grands plaisirs à apprécier les choses simples … C’est au cours de ces aventures qu’il a fait ses premières photos.

Sa passion, ou ses passions car il en a beaucoup, l’animent chaque jour. Ce sont : le piano au rythme du blues jazz avec lequel il fait danser sa petite fille pendant les pauses « photoshop », c’est sa collection de BD, ce sont ses manettes de jeu, ce sont ses plans vacances ou randonnées « on va aller en aventure, on ne sait pas encore ou  mais c’est ça l’aventure ».  Et comme premier bagage tout prêt, sinon le seul, son sac – kit – et d’autres noms imprononçables dans la famille des appareils photos. Passionné il l’est, à travers la maquette de bateau qu’il a réalisé si fièrement exposé dans le salon de ses parents. Pour Manase : ce qu’on aime, et ce qu’on a commencé on le termine,  on termine parfaitement ce qu’on aime… c’est la passion.

Les chiffres de la comptabilité ne sont que des encarts…

La photo ? Une passion depuis… depuis…quand ? On ne connait pas trop  le déclic, en tout cas assez tôt pour qu’il soit celui qui hérite de l’appareil photo de son grand père paternel.  Un appareil photo argentique Rollei 35 SE, et depuis il n’a pas cessé de s’y investir: en temps,  en apprentissage, en matériels.

Des rencontres

Véritable autodidacte, il a aussi beaucoup appris des autres, photographes professionnels aussi bien qu’amateurs, chacun a des connaissances à partager  et il en sera toujours ainsi… Aussi il intègre le collectif des photographes amateurs Kolo Sary en 2011.

La photo c’est dès 5h du matin, après les heures du bureau, et  c’est aussi  presque tout le weekend …

Finalement, il n’aime pas trop parler de lui-même, ni parler de ce qu’il fait,  ses photos il les fait à travers les regards des autres… de sa femme qui lui dit  souvent «  Prends en photo ce que je suis en train de regarder…tu les rendras plus beaux …  ».